Une nouvelle façon de faire adhérer les polymères aux surfaces pourrait permettre d’améliorer les capteurs et les implants biomédicaux.

Les polymères ayant une bonne conduction de l’électricité sont très demandés en médecine, notamment pour la détection et l’électrostimulation. La difficulté réside dans leur inhabilité à adhérer à la surface et rester en place malgré l’apparition d’humidité. 

La rigidité du matériau utilisé pour les électrodes actuelles est un inconvénient. Elles ne peuvent pas se plier et adhérer durablement à la peau du patient. 

Les polymères conducteurs correspondant à la flexibilité de la peau existent, mais jusqu’à présent, ils n’ont pas résisté à l’humidité. 

© MIT

Une équipe d’ingénieurs du MIT développe une nouvelle méthode pour que le polymère reste intact, même immergé dans l’eau. Leur méthode implique une très fine couche adhésive entre le matériau conducteur et le matériau de support. Bien qu’elle ne fasse que quelques nanomètres d’épaisseur, cette couche pénètre dans le polymère. Elle produit alors une structure protectrice dure et durable. Les chercheurs utilisent un revêtement fait de polyuréthane hydrophile qui est accessible et peu cher.

Avant que cette technologie soit déployée au monde biomédical, les chercheurs souhaitent continuer les tests. En effet, ils doivent s’assurer de la durabilité du polymère sur une longue période.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.