[COVID 19] Moyens établis face à la demande urgente de respirateurs

Depuis le début d’année 2020, le monde entier fait face à la pandémie du coronavirus et c’est dans ce contexte que beaucoup d’entreprises et d’usines sont mobilisées afin de répondre à cette crise sanitaire et soulager les personnels soignants en équipements biomédicaux face à l’afflux des patients. 
Leur objectif, pallier aux différents problèmes logistiques aussi vite que possible ! Pour ce faire, des accords entre les entreprises biomédicales et des usines, principalement du secteur automobile et électronique ont été établis. Ainsi, différentes solutions sont envisagées :

  • Augmentation drastique de la production des respirateurs ;
  • Création de respirateurs à faible technologie ;
  • Formation des personnels soignants ;
  • Réorientation de la production de certains équipements.

Réorientation de la production

© SEFAM

Afin de répondre aux besoins de respirateurs et de soulager les hôpitaux en permettant aux patients d’être ventilés en dehors des services de réanimation, certaines entreprises biomédicales ont choisi de réorienter la production de leurs équipements.
C’est le cas de l’entreprise nancéienne SEFAM qui a transformé ses ventilateurs (non invasifs) contre les troubles respiratoires du sommeil pour en faire des appareils d’assistance respiratoire. Pour ce faire, deux modifications essentielles ont été apportées :

  • Ajout d’un filtre à la sortie de la machine pour éviter sa contamination par le patient ;
  • Modification du masque pour permettre une expiration d’air sans coronavirus à travers trois pièces fondamentales : un raccord sans fuite, un filtre bactérien et une fuite de rinçage.

Création du Ventilator Training Alliance par Allego et ses partenaires

© Allego

Le hub Ventilateur Training Alliance a été développé par Allego afin de permettre aux professionnels de santé d’avoir accès à la formation à la ventilation. Ce dernier, avec un nombre important de partenaires fabricants de ventilateurs, est disponible gratuitement via une application (sur iOS et Android) et via les navigateurs web et recense des didacticiels vidéo, des manuels d’instructions et d’autres supports de formations. Cette méthode de formation permet ainsi d’être efficace tant au niveau de la formation qu’au niveau temps.

En parallèle à ce hub, certains fabricants mettent également en place des webinaires et des e-lives afin de former les professionnels de santé sur l’utilisation de certains de leurs équipements, essentiellement ventilatoires. Cette méthode de formation, tout aussi efficace que le hub, offre l’avantage aux ingénieurs d’application de pouvoir répondre aux questions en direct et de réaliser ainsi des séances de questions-réponses.

Projets MUR et OxyGEN

Le projet Minimal Universal Respirator (MUR), initié dans le contexte de la crise sanitaire lié au coronavirus, a pour objectif de créer et de fabriquer, en urgence, des respirateurs artificiels peu onéreux et facilement reproductibles. Ces respirateurs non invasifs sont capables de se brancher sur n’importe quelle source d’air suffisamment puissante afin d’assister les patients en détresse respiratoire. Ce projet à visée humaniste met également à disposition en ligne, sous licence libre, les résultats de leur travail afin de les rendre accessible à tous.

Toujours dans l’optique de fabriquer des respirateurs peu onéreux et à faible technologie, un autre projet collaboratif nommé OxyGEN a vu le jour. Il propose deux versions de respirateur, l’un disponible pour une production en masse et l’autre disponible à tous ne nécessitant ni formation, ni outils spécialisés.

Création d’un consortium en réponse à la demande du gouvernement

© Air Liquide Medical Systems
© Air Liquide Medical Systems

Le mercredi 22 mars 2020, le président de la république, Emmanuel Macron, a annoncé la création d’un consortium industriel français réunissant Air Liquide, Schneider Electric, Valeo et PSA pour produire 10 000 respirateurs d’ici mi-mai. Ce projet fait également appel à plusieurs autres centaines d’entreprises afin d’obtenir les composants nécessaires à la production de ces équipements biomédicaux.

Air Liquide Medical Systems est l’entreprise coordinatrice de ce projet qui permet de produire deux gammes de respirateur de transport. Cette entreprise s’occupe essentiellement de l’assemblage final et du contrôle qualité des équipements produits.
L’assemblage du bloc central des respirateurs produits s’effectue, quant à elle, à Poissy (Yvelines) sous la supervision du groupe PSA.
Schneider Electric mobilise son savoir-faire industriel afin de mettre en place des nouvelles lignes de production pour l’assemblage des respirateurs en fournissant le matériel nécessaire. L’entreprise apporte également son soutien à la sécurisation des approvisionnements.
Enfin, Valeo se charge de prendre en charge la gestion des fournisseurs et de l’approvisionnement des pièces nécessaires à la production des respirateurs. Valeo met également à disposition ses équipes d’ingénieurs afin d’assurer le support technique, l’organisation nouvelle de la production et de répondre aux besoins spécifiques qui peuvent survenir lors de la production.

Ainsi, chaque entreprise apporte ses compétences et ses qualifications afin de mener à bien ce projet et répondre au manque massif de respirateur face à l’afflux des patients atteints du coronavirus.

Un commentaire

  • frolep rotrem

    I was very pleased to find this web-site.I wanted to thanks for your time for this wonderful read!! I definitely enjoying every little bit of it and I have you bookmarked to check out new stuff you blog post.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.