Et si la greffe d’un organe imprimé représentait le futur de la transplantation?

Imprimé un organe pour la greffe en 3 dimensions c'est déjà possible!
Imprimer un organe n’est plus de la science fiction!

Cette année, le domaine de la greffe cardiaque a connu une véritable révolution . Des scientifiques israéliens ont en effet mis au point un prototype de cœur imprimé en 3D. De la taille d’une cerise, ce cœur est entièrement créé à partir de cellules du patient. Il est donc totalement compatible avec le receveur. La greffe de cet organe imprimé ne présente aucun rejet représentant 10% des causes de décès suite à une greffe cardiaque. Le taux de survie à un an des greffés est supérieur à 75%, démontrant tous le chemin encore à parcourir. De plus, cette innovation peut pallier le manque de dons. En effet, d’après le rapport médical et scientifique du prélèvement et de la greffe en France, il y aurait deux malades pour un seul greffon disponible. Alors, greffe et organe imprimé, cocktail gagnant pour la transplantation de demain?

coeur imprimé pour greffe
Image du cœur imprimé de l’équipe du Dr Tal Dvir

Imprimer un coeur, vraiment?

Ce cœur, imprimé en 3D, est composé de tissus du patient, de valves d’artères et de tout un réseau sanguin. Cependant, la taille du système pose un problème puisqu’il est impossible d’envisager de vivre avec un greffon aussi petit. Ainsi, les essais cliniques sur l’Homme pour cette technologie ne devraient débuter que dans une dizaine d’années. Le docteur Tal Dvir, qui dirige les recherches à la faculté de sciences de la vie de l’université de Tel-Aviv, se veut optimiste sur la finalité de ce projet. « Ce que je peux imaginer, c’est que dans 10 ans il y aura des imprimantes 3D dans les hôpitaux, que ces imprimantes imprimeront des organes pour les patients ». Ce projet révèle également l’importance de l’impression 3D, qui dans l’avenir, sera une solution majeure pour les greffes et transplantations des patients. Retrouvez plus d’informations sur l’équipe du docteur Tal Dvir ici.

Cependant, l’impression 3D d’organe n’est pas la seule utilisation de cette technologie. Comme nous vous l’expliquons dans cet article, elle peux également permettre la cicatrisation de certaines lésions!
Thomas Ravet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *