Transformer la prise en charge en rééducation

Ce projet ambitieux et unique en Europe vise à transformer l’organisation de la rééducation des patients. Porté par le CHU de Dijon, il est le projet phare du plan 2018-2022 de l’établissement. Il prévoit une augmentation des hospitalisations complètes et des hospitalisations de jour de respectivement 10% et 30%. Ce CHU compte plus de 7 800 professionnels, 1 773 lits et places, un budget conséquent de plus de 615 millions d’euros, 700 publications, 13 pôles d’activités cliniques dont le pôle rééducation – central dans le projet ReadapTIC.

ReadapTIC est un bâtiment innovant, intelligent et à la pointe de la technologie. Il est tourné vers les patients et les équipes soignantes. Son objectif est simple : permettre de regagner le plus rapidement possible son domicile avec un maximum d’autonomie. Pour réaliser ce projet ambitieux, une enveloppe budgétaire conséquente de 50 millions d’euros a été assigné à ce projet.

Construit sur une superficie de 10 000 m², ce bâtiment permet à plus de 200 professionnels de santé et de recherche d’évoluer dans des conditions optimales. Avec plus de 150 lits et places disponibles pour la rééducation de jour comme complète, cet espace est un lieu dédié non seulement à la rééducation des patients mais aussi à la prévention et à la recherche clinique. Doté d‘un living lab centré sur les innovations de la réalité virtuelle, la rééducation connectée et la robotique ; ReadapTIC allie intelligence artificielle, téléexpertise, objets connectés comme vecteur d’efficience.

Ce projet se veut innovant en 2 points. Le premier est de proposer une nouvelle organisation de la rééducation des patients. Le second est de rendre accessible les dernières technologies à tous.

Un nouvelle façon de penser la rééducation

Les concepteurs de ce projet ont repensé le parcours patient au sein de cette unité. Le CNEH les a accompagné pour une assistance à la maîtrise d’ouvrage du projet,

Demain, la rééducation se fera non plus par plateaux disciplinaires mais par capacités fonctionnelles (nutrition, mobilité, préhension, communication …). Un projet de rééducation est donc établi pour chaque patient suite à l’évaluation de ses capacités. Cette évaluation se fera dans un plateau spécialisé d’exploration de la fonction. Il analysera par exemple le mouvement avec des caméras 3D ou avec une salle d’épreuve d’effort. Cela permet de personnaliser dans sa globalité la rééducation pour chaque patient.

Transformer la rééducation à l'aide des dernières technologies.

Cette étude peut aussi se faire de manière précoce au domicile du patient. En effet, en anticipant au maximum, on augmente l’efficacité de la prise en charge. Mais cela n’est possible qu’en interagissant avec les autres membres du GHT : médecins libéraux, kinésithérapeutes…
Mais l’ambition de ReadapTIC ne s’arrête pas là. En transformant la prise en charge en rééducation au CHU de Dijon Bourgogne, c’est l’ensemble du territoire Bourguignon qui bénéficiera de cette innovation au moyen de partenariats stratégiques et d’une collaboration importante avec les SSR (Soins de Suite et de Réadaption) alentours.

Un bâtiment inscrit dans une logique d’innovation

Les personnes à l’origine de ce projet ont pensé ce bâtiment comme une vitrine du CHU de Dijon. Il met parfaitement en avant les innovations technologiques. Avant même la réflexion sur les éléments qui le composeront, le bâtiment ReadpTIC s’inscrit dans une logique environnementale. En effet, il a été conçu de manière durable et respectueuse de l’environnement.
Ce bâtiment de haute technologie se dotera d’outils de communication ergonomiques, performants et sécurisés pour les patients et les professionnels de santé. Les patients auront, grâce à une application, un accès facile à leur planning de soins, à leur DPI (Dossier Patient Informatisé), à des outils les guidant dans le bâtiment avec un chemin lumineux ou sonore, et à des divertissements. Cette application leur permettra également de contrôler leur environnement (volet, lumière, température…) et sera un outil de communication avec les équipes soignantes.

La part de domotique au sein de ce projet est importante. En effet, offrir la possibilité au patient de modifier son espace de vie est la clé pour apporter une meilleure qualité de vie et un véritable bien-être aux patients. De plus, ce bâtiment s’adapte en fonction des capacités fonctionnelles de la personne. Un patient tétraplégique pourra modifier à sa guise l’éclairage, la climatisation, les volets extérieurs de sa chambre en utilisant uniquement ses yeux ou sa voix.

Pour les professionnels de santé, cet outil permet un accès facile au dossier patient, sur une tablette, facilite la transmission d’informations entre les équipes et permet une surveillance des patients grâce à un système de monitoring et d’alertes sonores et visuelles. Cette application est une large base de données permettant de stocker des données en toute sécurité. Après exploitation des données, ces informations permettront aux services de SSR de mieux appréhender le flux patient à venir.

De nouvelles technologies pour transformer la rééducation

Les dernières technologies aident à transformer les salles de rééducation afin de garantir une prise de soin optimale. Nous pouvons notamment citer l’utilisation d’un exosquelette électromécanisé et synchronisé aux variations de vitesse d’un tapis roulant (Lokomat). Ou encore un robot de neuroréeducation utilisant l’electromyographie peut reformer le cortex (Luna EMG). La réalité virtuelle fait également son apparition pour la rééducation. Les chambres pourront être dotées d’un robot émotionnel de compagnie accompagnant le patient dans sa prise de médicaments. Il fonctionnerait comme un assistant professionnel aux équipes soignantes (Blue Frog).

Ce modèle novateur vise donc à optimiser la prise en charge, à réduire la durée des séjours et à organiser la gradation des soins avec une évaluation complète. Le parcours numérique du patient ainsi optimisé facilite l’accompagnement des familles, améliore la qualité de vie et prépare le retour à la vie autonome, évitant ainsi les ré-hospitalisations. Transformer la rééducation ne se fera pas en quelques jours mais la révolution numérique est lancée.

  • Bénédicte MOTTE, Directrice Générale Adjointe, CHU Dijon Bourgogne
  • Félicie JOBY, Chef de projet, CHU Dijon Bourgogne
  • Benjamin FELLAH, Ingénieur Veille technologique, CHU Dijon Bourgogne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *