Échographe : le nouveau stéthoscope ?

Pourquoi comparer l’échographe et le stéthoscope ? On note différentes analogies entre les deux dispositifs.

Le stéthoscope bientôt remplacé par un échographe ?

Premièrement, l’analogie du son. Ces deux dispositifs reposent sur la transmission et la réception d’ondes sonores, au travers d’une membrane pour l’un ou de cristaux de quartz pour l’autre ; seule la gamme de fréquence diffère.

Historiquement massif et encombrant, les échographes se miniaturisent et les techniques d’imagerie s’améliorent. La taille diffère selon l’utilisation et la fonction souhaitée. Il devient ultraportatif, connecté et on le retrouve au lit du patient sur tablette ou smartphone. Les échographes trouvent désormais leur place dans les services d’urgence, les véhicules du SMUR, au bloc opératoire ou dans les différents services d’un hôpital. Ce dispositif n’est maintenant plus réservé aux radiologues pour de l’imagerie diagnostique. On bascule vers de l’échographie clinique, c’est-à-dire appliquée à la clinique du patient et à son évolution.

L’échographe déjà utilisé comme un stéthoscope dans certaines situations

Cet amalgame stéthoscope-échographe s’illustre parfaitement en médecine d’urgence et en réanimation, deux services où le stéthoscope trouve ses limites. L’ultrason devient un acteur majeur de la prise en charge des patients, notamment pour les patients polytraumatisés : on parle alors de FAST (Focused Assessement with Sonography for Trauma). L’évaluation de l’hémodynamique, l’examen de la fonction cardiaque dans le cadre d’insuffisance cardiaque ou d’embolie pulmonaire, la détection d’épanchements … autant d’actes pour lesquels l’échographie a démontré son intérêt.

L’échographie a également fait ses preuves comme outil d’aide diagnostic aux causes potentiellement curables lors d’un arrêt cardio-respiratoire ou comme aide au diagnostic d’une hypertension intracrânienne et au monitorage de son traitement. Enfin, dans le cas d’un pneumothorax, l’échographie pleuro-pulmonaire au lit du patient est maintenant plus précise qu’une radiographie thoracique.

On ne peut désormais plus ignorer l’échographe comme un nouvel outil de pratique quotidienne. Son intégration dans tous les diagrammes d’aide à la décision diagnostic ou thérapeutique en est la meilleure preuve. Chaque spécialité s’approprie l’ultrason, faisant oublier le stéthoscope … jusqu’à ce qu’on parle d’échoscope.

  • Dr. Pierre-Etienne Colot, Praticien hospitalier, CHU de Reims

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *