Nouvelle bonne pratique d’activités connexes sur l’ingénierie biomédicale au sein d’un GHT en France

Les Groupements hospitaliers de territoire (GHT) ont été créés par une loi française de 2016. Celle-ci consiste à faire des regroupements d’établissements publics de santé selon une typologie de territoire. Cette loi vise l’égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité, ainsi qu’une rationalisation des modes de gestion. En 2019, on compte 136 GHT en France. L’ingénierie biomédicale est un maillon à part entière dans la chaîne de la qualité de notre système de santé. À ce titre, elle se doit de réussir son intégration dans la gestion et la gouvernance des GHT. L’élaboration d’une nouvelle Bonne pratique d’activités connexes (BPAC) a vu le jour car aucun des référentiels existants concernant la qualité pour l’ingénierie biomédicale n’intègre la dimension GHT.

bonne pratique ingénierie biomédicale

De plus, la certification obligatoire des établissements de santé par la Haute autorité de santé (HAS) de 2020 sera conjointe pour tous les établissements d’un même GHT. C’est pourquoi l’objectif de cette BPAC, publiée dans le numéro spécial d’IRBM News 2019 Vol 40 n°5, est de préparer la certification HAS 2020. Elle explicite les missions, processus et activités de l’ingénierie biomédicale au sein d’un GHT.

Un travail de longue haleine

Cette sixième bonne pratique associée au Guide des bonnes pratiques de l’ingénierie biomédicale édité en 2011, est le fruit du travail de 13 ingénieurs biomédicaux. Il a fallu 7 itérations avant d’aboutir à un produit finalisé et validé par les associations professionnelles AFIB et AAMB. BPAC6 : “Ingéniérie biomédicale au sein d’un GHT en France” propose 8 processus associés à 57 critères de réalisation. Elle intègre l’amélioration continue et la mesure des performances ‘efficacité, efficience et qualité perçue). Elle s’approche en cela de l’ISO 9001 et des normes métiers existantes (NF S00-170 et NF S99-172).

La mobilité des compétences biomédicales et la mutualisation des dispositifs médicaux entre établissements d’un même GHT sont l’un des points importants de cette BPAC 6. Les avantages directs sont pour les soignants. En effet, ils exploiteront des plateaux techniques avec une qualité et une sécurité des soins délivrés aux patients optimisées.

  • Dr. Gilbert Farges, Enseignant Université de Technologie de Compiègne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *