Les grands défis de l’hôpital de demain

L’hôpital d’aujourd’hui se doit d’évoluer rapidement, de révolutionner les habitudes des dernières décennies pour relever les défis de demain.

Dans un contexte hospitalier difficile, la prise en charge, l’organisation et les mentalités doivent changer. Les principaux acteurs sont à bout de souffle, désabusés et découragés par des promesses sans lendemain. L’État abaisse ses subventions tout en augmentant les exigences. Bien qu’au chevet de l’humain, la santé subit le pouvoir de l’argent. Un système de rentabilité s’installe alors au détriment de la qualité des soins prodigués.

De grandes difficultés persistent : démographie médicale, intérim ou encore le refus de pénibilité des soignants. En résulte des baisses d’effectifs, un malêtre généralisé et un taux d’absentéisme important. Toutefois, malgré ce discours alarmiste, il s’avère que les hôpitaux ne sont pas malades ; sur un budget de 40 milliards d’euros, le déficit des CHU ne s’élève qu’à 0,6%. Le système T2A de son côté, bien que critiqué, aura permis à l’hôpital de se développer et d’initier des changements.

Les défis hôpital de demain : révolutionner les méthodes de travail

Les défis de l’hôpital de demain : révolutionner les méthodes de travail

Des défis de taille restent à relever, à commencer par l’arrêt de la construction de nouveaux hôpitaux. L’avenir ne repose pas sur l’augmentation du nombre de lits d’hospitalisation mais sur le développement de la prévention, notamment sur le modèle des supermarchés chinois où on propose des « check-up ». Le partenariat avec l’extra hospitalier doit être renforcé. Des équipes mobiles, des pôles de santé et des libéraux doivent se tenir prêts à jouer ce rôle.
Les progrès technologiques favoriseront l’essor de la chirurgie ambulatoire qui pourrait avoir lieu dans un simple immeuble équipé. Les objets connectés veilleront sur le patient pour lui indiquer de se rendre à l’hôpital en cas d’urgence ou directement alarmer l’équipe médicale pour une intervention à domicile.

La e-santé, la télémédecine et l’intégration de l’Intelligence Artificielle sont autant de domaines qui seront à l’origine de l’évolution des métiers de la santé tels que nous les connaissons aujourd’hui. Il s’agit finalement de comprendre que le malade ne se présentera qu’exceptionnellement à l’hôpital. La venue à lui d’équipes mobiles deviendra alors la norme. Les ingénieurs biomédicaux seront plébiscités au même titre que d’autres corps de métier. Ils intégreront une équipe pluridisciplinaire afin de renforcer la prise en charge des patients. L’évolution n’en est qu’à ses débuts, tout reste à faire.

  • Jean-Pierre DEWITTE Président de la conférence des directeurs généraux CHU de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *