Innovation territoriale

Issue de la loi santé 2016, l’innovation territoriale caractérise la volonté d’un territoire bien déterminé à changer, à s’améliorer et innover pour répondre à des besoins sociaux, économiques et environnementaux. Par définition, elle débouche sur de nouvelles formes de services, de valorisation des ressources locales, d’organisation et de gouvernance, au bénéfice des habitants et du territoire. Elle est initiée et mise en œuvre localement par la coopération entre les différents acteurs mais aussi par un apprentissage collectif, passant par des phases d’expérimentation et de pratique. Les GHT peuvent donc être un support très important pour l’innovation territoriale.

Depuis 2016, les établissements de santé sont en totale réorganisation. On parle désormais de Groupements Hospitaliers de Territoire, aussi appelés GHT. Ce vaste projet mêlant santé et territoire, vise donc à améliorer le parcours patient. Mais il cherche aussi à faciliter l’accès aux soins, de plus en plus difficile en milieu rural. Pour cela, il met en place une meilleure collaboration entre les établissements de santé publics du territoire. L’approche structurelle des établissements se voit alors délaissée afin de placer le patient au cœur du système de soins.

Les GHT : un support pour l’innovation territoriale

Les objectifs sont nombreux car les GHT constituent un terrain propice au développement et à l’innovation territoriale. La première ambition est d’assurer une égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité sur l’ensemble du territoire. La mutualisation des compétences en est une autre. Elle passe à la fois par la mutualisation des équipes et par la prise en compte des spécificités de chaque établissement. L’objectif est de créer ainsi une cohérence entre les établissements et un équilibre au sein du territoire.

Les GHT permettront également la mutualisation des fonctions supports comme le Système d’Information (SI) de l’hôpital ou encore le Département d’Information Médical (DIM). Ce dernier sera alors source d’économie par la répartition des coûts entre les établissements du GHT. Enfin, les GHT seront des lieux d’innovation terrotirale. Ils inciteront la réflexion et en apporteront les outils nécessaires au bon développement de projets ambitieux. En se regroupant, les hôpitaux doivent néanmoins faire face à une profonde restructuration.

Un besoin de se regrouper pour mieux innover

Des équipes médicales communes sont mises en place, permettant la formation de pôles interétablissements. Toutefois, elles impliquent la disparition d’autres équipes. Le but est de créer une réelle cohésion dans l’offre de soins du territoire. Pour que cette mutualisation se déroule dans de bonnes conditions, il est nécessaire de mettre en place une procédure claire et adaptée de répartition des emplois médicaux. Elle garantit aux praticiens la lisibilité des modalités selon lesquelles ils pourront s’engager dans la mise en œuvre du projet médical du GHT. Les outils de travail seront aussi mutualisés dans une même perspective : apporter de meilleurs soins tout en réduisant les coûts.

Enfin, un des établissements publics de santé du GHT est désigné comme établissement support pour les différentes activités mutualisées. Les autres représentent les établissements parties. Cette organisation s’appelle la gouvernance. L’établissement support est essentiel au bon fonctionnement des GHT. En effet, il s’occupe de la politique, la planification et la stratégie d’achat pour l’ensemble des établissements membres du GHT. Il est également porteur du système du SIH, du DIM et assure la coordination des instituts et écoles de formation.

Même si on parle de co-pilotage équilibré entre le corps médical, paramédical et la direction, l’entente même au sein de la direction est primordiale. Il faut que les différents directeurs d’établissements communiquent, se réunissent et qu’émane du groupe directionnel une réelle harmonie. Dans ce but, la présidence de la gouvernance se veut tournante.

Les valeurs

Sa construction s’est basée sur une charte de valeur communes, fondements de collaborations et de coopérations. Les établissements membres du GHT se sont notamment engagés à respecter chaque membre, chaque identité et chaque coopération existante. Cette charte incite également à la mise en place d’une gouvernance. Celle-ci doit permettre à chacun de trouver sa place. La gouvernance vise à l’élaboration d’une stratégie globale autour des filières de prise en charge ainsi qu’une stratégie d’efficience autour des mutualisations et des fonctions supports.

L’innovation territoriale du GHT 44 : le projet médico-soignant partagé

Défini sur 5 ans, le projet médico-soignant fait suite à la loi de modernisation de notre système de santé datant du 26 janvier 2016. Il a comme objectif de garantir l’accès à une offre de soins de proximité, de référence et de recours sur l’ensemble du territoire. Un projet encourageant du groupe aux aires de première réussite quand on sait qu’il est issu d’un travail collectif et d’une démarche qui s’est voulue à la fois participative, fédérative et transparente.

Environ 200 professionnels ont été associés à la construction de ce projet. Il compte plus de 120 actions à mettre en place à l’échelle du département Loire-Atlantique. Ce projet suit toujours une démarche collective et égalitaire, au service des patients.

Les réalisations

De manière plus concrète, le groupement des 13 établissements publics de Loire-Atlantique a permis le maintien de la permanence médicale à la maternité d’Ancenis. On compte également d’autres réussites comme l’ouverture d’une activité d’ophtalmologie toujours dans la ville d’Ancenis, la mise en service d’un nouvel IRM sur l’hôpital de Châteaubriant ou encore la construction d’un nouvel hôpital de jour en hématologie, à Saint-Nazaire !

Autant de projets ambitieux qui s’inscrivent toujours dans une même dynamique : garantir l’égalité de l’accès à des soins de qualité, pour tous et en tout point du territoire.

Petits conseils du président et cas concrets

“ Avoir des valeurs, de la connaissance mutuelle, un travail commun, du concret et du gagnant-gagnant. ”
“ Le leadership et l’évolution normative sont des axes à prendre en compte et auxquels faire attention. ”
“ Il faut un peu de souplesse pour préserver le modèle collaboratif. ”
“ La communication et les réunions sont essentielles à une bonne gouvernance. ”
“ L’animation du groupe est importante par l’équipe directionnelle pour fédérer les énergies.”
“ Organiser des moments de partage et faire de l’innovation managériale.”

Près de 900 établissements publics de santé qui se sont groupés pour former plus de 136 GHT en France. Les équipes médicales sont renforcées, les pratiques harmonisées, le lien ville-hôpital consolidé. La notion de proximité est toutefois conservée. Enfin, on constate une hausse de l’attractivité médicale. L’objectif est inchangé : améliorer la coordination et le maillage des soins hospitaliers. La mise en place des GHT est donc un défi à relever dont la réussite dépend de tous et nécessite ambition, confiance, communication, écoute et dynamisme.

  • Alexandre MOKEDE, Responsable Offre de soins FHF
  • Dr David PINEY, Président Commission Ressources humaines, Métiers Management, Attractivité et Qualité de vie au travail de la FHF
  • Dr Frédéric MARTINEAU, FHF
  • Jérôme GOEMINNE, Directeur GHT Coeur de Grand Est
  • Dr Jean-Pierre COLLINOT, Président du Collège Médical du GHT, GHT Coeur de Grand Est
  • Dr Elisabeth SHEPPARD, Présidente de CME, membre de la conférence nationale des présidents de CME de CHS, membre du bureau de la conférence, Centre Hospitalier Guillaume Régnier Rennes Bretagne
  • Fabienne GALLEY, Sage Femme Coordinatrice du Pôle territorial Femme-Parent-Enfant, GHT Coeur de Grand Est
  • Françoise BRUNEAUD, Directrice CH de Belle Ile en Mer
  • Benoit LOUVET, Fondateur de Mon DPO Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *