Fabriquer du sang universel à partir de dons courants pour sauver des vies

Publié Laisser un commentairePublié dans Minute Juin 2019

Le 14 Juin célèbre la Journée Mondiale des Donneurs de Sang.  A cette occasion, l’Établissement Français de Sang (EFS) a lancé un évènement pour attirer un maximum de personnes à venir dans l’une des 7000 collectes entre le 11 Juin et le 13 Juillet. Les besoins quotidiens des malades en France sont très importants. En effet, 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque année. C’est ainsi près d’un million de malades qui peuvent être soignés. C’est pourquoi transformer des dons quelconques en sang universel est une solution envisagée pour sauver encore plus de vies.

Une affaire de marqueurs

Pour permettre la transfusion, différents critères doivent correspondre entre le sang du donneur et celui du patient. Le groupe sanguin déterminé par les systèmes ABO et Rhésus fait partie de ces critères. Il est pris en compte pour éviter le rejet du sang transfusé. Des chercheurs de l’université UBC de Vancouver ont transformé du sang de type A en sang de type O-. Aussi nommé sang de « donneurs universels », les globules rouges de ce groupe sanguin sont compatib tous les receveurs. Les antigènes A ou B, présents sur la surface de la cellule, caractérisent les autres groupes. Ces globules ne les portant pas, l’organisme receveur ne provoquera pas de réaction immunitaire.

L’utilisation de plusieurs enzymes bactériennes présentes sur les parois intestinales humaines permet de réaliser cette transformation. Elles sont capables de détériorer certains sucres au cours de la digestion qui sont très proches des marqueurs définissant le type A des globules rouges du sang. Les chercheurs se sont concentrés pour l’instant uniquement sur la transformation de ce groupe sanguin car il est très présent, en France le groupe A représente près de 44% de la population alors que le sang O- seulement 6% (chiffres de l’EFS). Cette transformation en sang universel pourrait donc grandement faciliter la distribution des dons pour les différents traitements et diminuer le risque de pénurie.

Cependant il faut encore assurer que cette transformation n’altère en rien la qualité du sang pour garantir la sécurité du patient qui reçoit le traitement. Il est très important de détériorer correctement tous les marqueurs A pour bien obtenir du sang de « donneurs universels ».

Profitez-en pour en savoir plus en cliquant ici !

Rémi Chazottes

Des microrobots nettoyant la plaque dentaire, nos meilleurs amis pour nos futurs passage chez le dentiste?

Publié Laisser un commentairePublié dans Minute Juin 2019

Fini les détartrages avec ultrasons pas confortables ou avec des sableuses à eau qui éclaboussent de partout. Demain,des microrobots vont se charger de nettoyer notre dentition. Ces microrobots anti plaque dentaire dédramatisent le dentiste!

Ceci sera fini avec les microrobots anti plaque dentaire lors de nos terrifiants passages chez le dentiste

Origines de ce projet anti plaque dentaire

C’est une équipe de chercheurs de l’université de Pennsylvanie qui a développé cette technologie. A l’origine de leur travaux, une particule bien connue: l’oxyde de fer (Fe3O4). Ces particules catalysent une réaction avec le peroxyde d’hydrogène, et libèrent alors des radicaux libres. Ces derniers décomposent la matrice collante du biofilm, aussi appelé plaque dentaire. Couplés avec une action magnétique, ces robots antimicrobiens catalytiques (RAC) sont d’une redoutable efficacité.

voici ce que les microrobots anti plaque dentaire vous enlèverons à la place de votre dentiste, qui est vraiment gagnant finalement?

Il existe aujourd’hui deux types de microrobots. Les premiers sont de simples particules d’oxyde de fer en suspension dans une solution. Nous dirigerons alors ces particules avec un aimant pour racler le biofilm. Pour le second type , on va créer des structures complexes de ces particules en les incorporant dans un moule en gel de polymère. Ainsi on va pouvoir élaborer, par exemple, des hélices permettant d’atteindre le biofilm dans des canaux.

Bien, mais où en sont les microrobots maintenant?

Des tests sur des plaques de verre, puis dans un second temps sur des dents, se sont avérés particulièrement efficaces dans l’élimination de la plaque. Des zones inaccessibles aux techniques ordinaires, comme les canaux de la base de la gencive, ont d’ailleurs été traitées.
Cette technique pourrait se généraliser dans le traitement de dispositifs médicaux avec des espaces confinés comme les sondes, cathéters médicaux… Les chercheurs espèrent déboucher sur une application clinique dans peu de temps. Et enfin, ces microrobots anti plaque dentaire dédramatiseront le dentiste pour notre plus grand soulagement!

Que retenir de tout ça…


L’avancée de la miniaturisation des technologies sème de grande promesse pour la qualité des soins de demain. En parallèle de ce phénomène, nous observons également un fort développement des applications de réalité virtuelle. Petit à petit , cette technologie se mets à la disposition des établissements de rééducation de polytraumatisés, comme nous vous l’expliquons ici !
Mais si les microrobots occupent l’ensemble de vos pensées, cliquez plutôt ici pour davantage d’informations!

Niels GUIGARD

Un masque d’hypnose pour diminuer le traumatisme des patients

Publié Laisser un commentairePublié dans Minute Juin 2019

Alors que la réalité virtuelle s’impose petit à petit dans le domaine du médical, pour la rééducation par exemple, l’hypnose va-t-elle devenir une solution pour soulager le traumatisme du patient ?

L’hôpital, un traumatisme pour les patients

Les patients considèrent que les opérations chirurgicales en anesthésie locale sont particulièrement désagréables et anxiogènes. La biopsie de la prostate par exemple, est un acte indispensable pour diagnostiquer le cancer. Il est malheureusement particulièrement traumatisant pour le patient.
Le Pr Puech, chef du service d’imagerie génito-urinaire au CHU de Lille introduit l’utilisation d’un masque connecté. L’objectif affiché est « de rassurer les patients, pour que cette expérience soit mieux vécue ».

Un masque d'hypnose pour lutter contre le traumatisme du patient.

Pour ce projet, le Pr Puech utilise, le dispositif baptisé Hypnos Pro. La start-up française Dreamzzz est à l’origine de ce masque. Une application permet de le piloter très facilement. Deux parties composent cet appareil : un masque à diodes lumineuses et un casque audio. La lumière projette des images relaxantes tandis que les écouteurs offrent une histoire calme. « Pendant une quinzaine de minutes, le patient est isolé au niveau sonore et visuel. Il est plongé dans une histoire », résume le Pr Puech.

La société hypnos souhaite lutter contre le traumatisme des patients avec sa solution d'hypnose.

Dreamzzz et son masque d’hypnose, une solution ?

La fondation de lutte contre la douleur Apicil et le Groupement inter-régional de recherche clinique et d’innovation Nord-Ouest ont mené une pré-étude. Celle-ci montre que « 90% des patients ont un ressenti bénéfique ». L’étude principale a débuté en Mai et regroupera 172 patients. Elle aura pour but de confirmer l’effet bénéfique sur les patients. En effet, ce masque a un coût (2000€ pour la version utilisé) et prend du temps aux manipulateurs radio. Son intérêt et sa plus-valus réelle sont donc à démontrer.
  A noter que les dentistes utilisent déjà ce type de masque pour détendre les patients. D’autres domaines seraient également intéressés par cette capacité à diminuer le traumatisme du patient par l’hypnose. En effet, l’hôpital est une expérience souvent mal vécue et ce genre de dispositif pourrait devenir très commun.

Découvrez plus en détails le monde d’Hypnos Pro en cliquant ici

Joffrey Barrier