Nos différentes minutes

Les étudiants de Polytech Lyon ont créé le projet de La Minute Biomédicale. Il s'agit d'une newsletter de l'innovation médicale. Ce titre fait référence au format court qu'ils ont choisi pour développer leurs articles. Il est possible de recevoir cette newsletter biomédicale chaque mois. Les articles sont également publiés sur le site de l'APLEB. La Minute Biomed est un projet qui a pour but d’effectuer une veille technologique. Elle rapporte donc chaque mois trois technologies qui façonneront peut-être le futur du monde médical. En plus de ces articles, trois autres rubriques ont été créées. La première est une partie « le Saviez-vous ? » encore appelée « la rubrique de l’insolite ». Elle raconte ainsi des anecdotes méconnues, parfois surprenantes, sur le monde du médical. Le second article se nomme « Sant&Vous ». Dans ce paragraphe, nous rappelons quelques faits à propos de la santé. Entre moustiques, canicule et poids, il rappelle des données qui nous concernent tous. Il donne également de petites astuces pour rester en bonne santé. Enfin, la dernière rubrique concerne l’APLEB de manière générale. Elle fait le point sur les activités menées par les étudiants de l’association. Vous pouvez retrouver dans cette partie les trois articles traitant d'innovations technologiques. Les étudiants en Génie Biomédical à Polytech Lyon ont mis en place cette Minute Biomédicale avec beaucoup de passion pour leur domaine. Elle montre tout l’intérêt et la curiosité qui poussent les rédacteurs au quotidien.

  • Les organes artificiels, avenir de demain ?

    Dans la newsletter du mois d’avril, nous vous avions abordé de la place grandissante de l’impression 3D dans le domaine médicale. Cette technique est souvent associée à l’impression d’organe. Face à une pénurie des greffons et une demande toujours croissante, la recherche d’organe apparaît comme une priorité. Les organes artificiels pourraient être une solution à de nombreuses maladies. Le coeur artificiel  L’insuffisance cardiaque touche des millions de personne à travers le monde. Elle traduit une incapacité de contraction synchrone des deux ventricules et entraîne une fatigue chronique.  ©CARMAT : Représentation du coeur artificiel Des entreprises se sont spécialisées dans des solutions de traitement de la maladie. Par exemple, Carmat développe…

  • Quels sont les risques d’une écoute sonore trop élevée ?

    La mode est aujourd’hui à une écoute sonore trop élevée, entrainant des risques de détérioration de l’audition. En effet, la détérioration passe par des facteurs intrinsèques telle que la génétique ; et des facteurs extrinsèques telles que les pratiques professionnels ou les loisirs musicaux.  Deux facteurs déterminent le danger : la durée d’exposition et le niveau sonore. En effet, plus le niveau sonore augmente, plus la durée d’écoute doit être limitée. On évalue aujourd’hui le niveau 85dB(A) comme dangereux pour le système auditif, associé à une durée d’écoute maximale de 2h. Cependant, la sensation de douleur n’apparaît qu’à 120 dB(A). Par comparaison, lors d’une conversation normale, le niveau est entre…

  • Une nouvelle façon de faire adhérer les polymères aux surfaces pourrait permettre d’améliorer les capteurs et les implants biomédicaux.

    Les polymères ayant une bonne conduction de l’électricité sont très demandés en médecine, notamment pour la détection et l’électrostimulation. La difficulté réside dans leur inhabilité à adhérer à la surface et rester en place malgré l’apparition d’humidité.  La rigidité du matériau utilisé pour les électrodes actuelles est un inconvénient. Elles ne peuvent pas se plier et adhérer durablement à la peau du patient.  Les polymères conducteurs correspondant à la flexibilité de la peau existent, mais jusqu’à présent, ils n’ont pas résisté à l’humidité.  Une équipe d’ingénieurs du MIT développe une nouvelle méthode pour que le polymère reste intact, même immergé dans l’eau. Leur méthode implique une très fine couche adhésive…

  • La réalité virtuelle, un outil d’avenir pour la médecine

    Fin mars, l’Organisation Mondiale de la Santé a lancé la campagne #PlayApartTogether. Celle-ci a pour but d’encourager les joueurs de jeux vidéos à jouer en ligne, à distance, pour lutter contre le Covid-19. L’OMS qui soutient le monde du jeu vidéo ? C’est assez peu courant. Depuis peu, l’OMS reconnaît le « trouble du jeu vidéo » comme une addiction de l’ordre de la pathologie. Pourtant, les multitudes de technologies qu’offre l’univers des jeux vidéos est un énorme potentiel pour le domaine de la santé. Un des exemples les plus importants est l’utilisation de la réalité virtuelle (VR) dans la médecine. Le champ des possibles de la VR est énorme. On peut…

  • [COVID 19] Moyens établis face à la demande urgente de respirateurs

    Depuis le début d’année 2020, le monde entier fait face à la pandémie du coronavirus et c’est dans ce contexte que beaucoup d’entreprises et d’usines sont mobilisées afin de répondre à cette crise sanitaire et soulager les personnels soignants en équipements biomédicaux face à l’afflux des patients. Leur objectif, pallier aux différents problèmes logistiques aussi vite que possible ! Pour ce faire, des accords entre les entreprises biomédicales et des usines, principalement du secteur automobile et électronique ont été établis. Ainsi, différentes solutions sont envisagées : Augmentation drastique de la production des respirateurs ; Création de respirateurs à faible technologie ; Formation des personnels soignants ; Réorientation de la production de…